FAQ sur le choix d’un avocat au Québec

Lorsque vous êtes accusé d’un acte criminel, choisir votre avocat est votre décision la plus importante. Voici les 7 clés que vous devez absolument connaître avant de choisir :

  • Ténacité Un avocat qui vous parle d’argent avant même de discuter de votre cause n’est pas prêt à se battre pour vous. Vous savez très bien quelle est sa première motivation.
  • Stratégie Un avocat du Québec qui vous promet un règlement rapide veut peut-être que vous plaidiez coupable, alors que vous auriez pu être acquitté lors d’un procès. Posez des questions sur la stratégie qu’il veut adopter.
  • Discrétion Certains avocats du Québec tirent avantage des médias pour se faire connaître. Pourtant, la discrétion et une ordonnance de non-publication sont essentielles pour protéger votre confidentialité.
  • Maîtrise Vous ne voulez pas que votre avocat se serve de votre cause pour s’exercer devant un adversaire expérimenté. Avoir un avocat de plus de 30 ans d’expérience fait toute la différence.
  • Préparation Beaucoup d’avocats envoient leurs clients dans la fosse aux lions avec trop peu de préparation avant de témoigner. Demandez à votre futur avocat s’il vous entraîne à l’aide de mises en situation réelle.
  • Impact Ce n’est pas donné à tous les avocats d’être efficace en contre-interrogatoire et de livrer des plaidoiries convaincantes. Avant de fixer votre choix, allez à la cour pour observer comment se comporte votre futur avocat.
  • Courage L’avocat courageux et réellement combatif n’a rien à cacher. Sans détour, il répond à vos questions. Sans hésitation, il vous invite à la cour pour que vous le voyiez à l’œuvre.

La meilleure défense, c’est poser des questions avant de choisir son avocat.

Histoire vécue

Léa est accusée d’un crime. Influencée par sa famille, elle fait appel à son oncle Bernard, un avocat en droit familial. Toutes les raisons sont bonnes : « un avocat est un avocat! », « ça doit rester dans la famille! », « on va économiser de l’argent »… Mais toutes ces raisons n’ont aucune valeur, là où ça compte vraiment : à la cour. À cause de son manque de connaissances en droit criminel et pénal, Bernard perd rapidement l’intérêt du juge, puis la cause.

Soyons clairs! L’avocat criminaliste est un spécialiste au même titre que l’électricien, le chirurgien ou le dentiste. Dites-moi, demanderiez-vous à un électricien de vous opérer à cœur ouvert, alors que votre vie en dépend? Lorsque vous êtes accusé d’un acte criminel, c’est pourtant votre réputation et votre liberté qui sont en jeu. Exercer le droit criminel et pénal exige beaucoup de pratique, d’expérience et des connaissances précises de la jurisprudence. Des habiletés particulières en contre-interrogatoire et en plaidoirie sont aussi nécessaires. Engager un avocat du Québec qui défend à l’occasion des causes au criminel et au pénal est un pari risqué. Et le risque est élevé, car vous vous mesurez à un spécialiste en droit criminel et pénal : le procureur des poursuites criminelles et pénales. Votre réputation et votre liberté ne sont-elles pas trop précieuses pour être l’enjeu d’un tel pari?

La meilleure défense, c’est choisir un avocat à Québec spécialisé en droit criminel et pénal.

Histoire vécue

Jacques se présente pour sa première comparution, sans savoir à quel point il est important de demander une ordonnance de non-publication. Son avocat n’en fait pas la demande. Dans les mois qui suivent, Jacques voit sa réputation être traînée dans la boue par les médias, avant même d’avoir eu un procès équitable. Peu importe le résultat, aux yeux d’amis, de collègues et de voisins, le jugement est déjà prononcé.

Soyons clairs! Oui, c’est possible de protéger votre confidentialité jusqu’à votre procès. Un très bon avocat sait comment ériger un mur et protéger votre confidentialité. Si votre avocat n’est pas là pour le faire, qui s’en chargera? La première action qu’il doit entreprendre en ce sens est de convaincre le juge de prononcer une ordonnance de non-publication. Malheureusement, certains avocats ne le font pas pour de multiples raisons qui ne sont jamais… jamais à votre avantage. Sans cette ordonnance, votre cause et votre identité sont d’ordre public et donc susceptibles d’être dévoilées à la télévision, dans les journaux, sur Internet, etc. Sachant qu’il peut s’écouler de 6 à 12 mois entre votre première comparution et votre procès, les conséquences sur votre vie sont dévastatrices. Imaginez être l’objet de rumeurs et de ragots, sans pouvoir vous défendre. Imaginez assister en direct au salissage de votre réputation. Imaginez pendant 365 jours…

La meilleure défense, c’est choisir un avocat qui protège votre confidentialité dès le jour 1.

Histoire vécue

Robert doit témoigner lors de son procès. Avec son avocat, la préparation est brève. À quoi bon en parler davantage? Après tout, Robert connaît parfaitement son histoire. Le jour J, lors du témoignage, Robert est livré en pâture. Durant l’interminable barrage de questions, il finit par perdre le fil de son histoire et se contredire. Dès lors, le juge ne l’écoute plus… tout s’écroule.

Soyons clairs! La préparation avant le témoignage est déterminante pour l’issue d’un procès. C’est pourquoi elle doit être plus qu’une simple pratique. Ça n’a rien à voir avec le fait de « connaître parfaitement votre histoire ». Ce n’est pas non plus une occasion de montrer vos talents d’acteur. C’est sérieux! Vous devez être prêt à vous « débattre » pendant des heures, voire une journée entière. Dans notre cabinet d’avocats à Québec, nous avons développé une technique de préparation axée sur des mises en situation réelle. Un entraînement pour répondre à un contre-interrogatoire qui peut faire très mal, quand on n’y est pas préparé. Nous vous exerçons à affronter les pires questions, à vous retrouver à la barre des témoins, à ne pas répondre à la provocation, etc. Beaucoup de cabinets d’avocats au Québec pensent que la meilleure stratégie est l’attaque, nous estimons que préparer la défensive est aussi important. C’est un travail d’équipe. Vous et nous. Défense et attaque.

La meilleure défense, c’est se préparer adéquatement avant de témoigner.

Histoire vécue

Mathieu préfère un avocat jeune et dynamique. Pourquoi pas? Un peu comme ces jeunes avocats, dans les films, qui gagnent des procès de façon éclatante! Sauf que… devant un adversaire expérimenté, tout va trop vite. Le jeune avocat n’a aucun réflexe, ne sait pas quand et à quoi objecter, ne trouve pas le moyen de répliquer aux attaques d’un adversaire coriace. La magie des films disparaît.

Soyons clairs! L’expérience fait toute la différence. En droit, le succès ne s’obtient pas par magie, mais à la suite d’années de travail acharné. Grâce à Mathieu, un client futur profitera de l’expérience acquise par son jeune avocat. Mais vous? Avez-vous les moyens qu’un avocat s’exerce avec votre cause? Avec votre réputation? La maîtrise du droit criminel et pénal nécessite pratique, étude et perfectionnement. À l’image d’un athlète, un avocat en droit criminel et pénal doit développer ses habiletés, ses réflexes et son intelligence. Pratiquer le droit criminel et pénal pendant plus de 30 ans permet à un avocat d’établir des liens entre des causes, de connaître précisément la jurisprudence, d’évaluer les risques d’opter pour une stratégie ou une autre, de voir à l’avance les actions de l’adversaire, de répondre aux imprévus, de ne pas se laisser intimider par qui que ce soit… bref, de faire toute la différence.

La meilleure défense, c’est choisir un avocat à Québec de plus de 30 ans d’expérience.

Histoire vécue

David est en procès. Rien ne se déroule comme prévu. La partie adverse utilise une décision récente de la cour pour convaincre le juge. Ne connaissant pas cette décision, son avocat paraît perdu. Devant l’insistance du juge, qui lui demande de poursuivre ou de s’asseoir, son avocat se tait et s’assied. L’avocat de David n’a d’autre choix que de négocier une peine moindre, si possible.

Soyons clairs! La réponse est non. Même si les lois changent peu, la pratique du droit, elle, évolue sans cesse. En effet, les décisions prises par les tribunaux (la jurisprudence) permettent à la pratique du droit criminel et pénal de se préciser, de se raffiner. Les avocats n’ont pas tous les mêmes connaissances, parce qu’ils n’ont pas tous la même volonté de perfectionner leur maîtrise de la jurisprudence. De plus, ils n’investissent pas tous dans des bases de données récentes, qui leur donnent accès à ces renseignements. Toutefois, soyez certain que la partie adverse, le procureur des poursuites criminelles et pénales, connaît la jurisprudence jusqu’au bout des doigts. Soyez certain qu’il possède une base de données extrêmement à jour. Et soyez certain que s’il a jugé bon de vous accuser… le procureur prendra tous les moyens pour que vous soyez reconnu coupable. Et vous, prendrez-vous tous les moyens?

La meilleure défense, c’est choisir un avocat à Québec qui tient ses connaissances à jour.

Histoire vécue

Georges n’aurait jamais pensé être accusé d’une infraction criminelle un jour. Jamais! Pourtant, un bon vendredi matin, les policiers se présentent à son travail et le mettent en état d’arrestation devant ses collègues. Complètement paniqué, il choisit un avocat « au pif », à partir d’une liste remise au poste de police. Même s’il regrette son choix et craint le pire, Georges se croit dans l’obligation de garder l’avocat.

Soyons clairs! Choisir son avocat « au pif » n’a aucun sens. C’est pourtant ce que font la majorité des gens, pris de panique et submergés par l’inquiétude. Et le pire, c’est qu’ils se sentent dans l’obligation de poursuivre avec cet avocat jusqu’au bout. Si vous vous êtes déjà engagé avec un avocat, mais que vous sentez que ce choix peut vous nuire, vous pouvez en changer à tout moment en invoquant des motifs raisonnables. Ne faites pas comme Georges, ressaisissez-vous! C’est votre réputation et votre liberté qui sont en jeu. Si vous venez d’être arrêté ou que vous êtes convoqué par la police pour un acte criminel, sachez qu’à compter de cet instant, la pire chose qui puisse vous arriver est de choisir le mauvais avocat. Prenez un temps pour faire des recherches, poser des questions à différents avocats, les rencontrer et même les voir pratiquer à la cour. Ne confiez pas votre sort et vos économies à quelqu’un dont vous ne savez rien.

La meilleure défense, c’est ne pas hésiter à changer d’avocat si vous avez des doutes.

Histoire vécue

Audrey est arrêtée par la police. Les policiers sont certains de détenir l’auteure du crime reproché. Pour Audrey, ne rien dire est un aveu de culpabilité. Parce qu’elle a peur, elle ne peut s’empêcher de s’expliquer à l’agente de police. Lors du procès, tout ce qu’Audrey croyait avoir confié en toute sécurité est utilisé contre elle, pour l’incriminer. Impossible pour son avocat de renverser la vapeur.

Soyons clairs! Si vous êtes arrêté pour une infraction criminelle, ne dites rien avant d’avoir parlé à votre avocat. Rien! Vous n’avez pas à prouver votre innocence au policier, c’est lui qui doit prouver votre culpabilité. Lorsque vous êtes mis en état d’arrestation ou convoqué au poste de police, sachez que les policiers enquêtent déjà depuis plusieurs jours. En fait, ce que souhaitent surtout les policiers, c’est obtenir des aveux de votre part. Croyez-vous vraiment que vous pouvez les faire changer d’idée? La plupart du temps, c’est plutôt l‘inverse qui se produit. En expliquant votre version, vous fournissez des informations qui appuient leurs accusations. Exercez votre droit de garder le silence! Exercez votre droit de parler à un avocat, pour vous assurer à 100 % que votre déclaration ne pourra être interprétée contre vous. Vous êtes innocent jusqu’à preuve du contraire, ne l’oubliez pas!

La meilleure défense, c’est exercer votre droit de garder le silence.

Histoire vécue

Steve veut un avocat combatif pour le défendre. Il en choisit un très sûr de lui, qui vante sa combativité et se montre autoritaire avec son personnel. Sans avoir vu l’avocat dans un procès, Steve est convaincu qu’il a de son côté un véritable loup affamé. Mais dès le premier jour de son procès, une fois devant le juge, le loup se transforme en mouton.

Soyons clairs! La meilleure façon d’évaluer la qualité d’un avocat est de le voir à l’action, en plein procès. L’histoire de Steve est classique! Beaucoup de cabinets d’avocats s’attribuent des qualités qu’ils perdent par « magie » une fois à la cour. Devant un juge qui fait figure d’autorité, ainsi qu’un adversaire coriace, ces avocats perdent tous leurs moyens. D’ailleurs, la combativité est plus qu’une question d’assurance. La combativité vient avec le courage d’aller au front pour vous. Le courage de se tenir debout, malgré les coups encaissés. La combativité, c’est l’intelligence de riposter sur le fait avec des arguments qui persuadent le juge d’écouter. Si votre avocat se dit combatif, mais qu’il ne vous invite pas à venir le constater dans un vrai procès, demandez-vous pourquoi. Et soyez vigilant, peut-être qu’une mauvaise surprise vous attend une fois à la cour.

La meilleure défense, c’est voir votre avocat à l’action avant de le choisir.